libération afrique
Solidarité internationale et luttes sociales en Afrique subsaharienne
 

Accueil | Qui sommes nous ? | Actualité | Dossiers | Pays | Liens
 
Dernière mise à jour : 11 octobre 2007

Conflits armés

Voir également :

Kenya : Halt Crackdown on Somalis
Rwanda : Les autorités françaises persistent et nient
Libéria : Plainte avec constitution de partie civile déposée en France contre DLH pour commerce de bois illégal provenant du Libéria
Djibouti : L’Union européenne abandonne-t-elle les démocrates pour considérer Djibouti comme une zone militaire ?
Mali : L’accord de coopération de défense entre la France et le Mali ou le retour au temps béni des colonies
Sud Soudan : Civilians targeted in South Sudan violence, as rebels take capital of Jonglei state
Sud Soudan : Soldiers Target Ethnic Group in Juba Fighting
Françafrique : Paix et sécurité en Afrique : la France fait partie du problème, pas de la solution
République centrafricaine : Des crimes de guerre commis par des ex-rebelles de la Séléka
Françafrique : Non à une loi de programmation militaire qui consacre l’ingérence, l’opacité et l’impunité
Françafrique : La paix en Afrique ne doit pas se décider à l’Elysée avec des dictateurs !
Tchad : La réhabilitation du dictateur tchadien Idriss Déby à Paris continue
Côte d’Ivoire : Des personnes déplacées par le conflit sont confrontées au vol de leurs terres
Mali : Déplacement de François Hollande à Bamako : la guerre et après ?
Côte d’Ivoire : La libération provisoire de 14 détenus souligne les besoins impératifs d’une justice impartiale et équitable


Site(s) web :

Groupe de recherche et d’information sur la paix et la sécurité (GRIP) :
African Centre for the Constructive Resolution of Disputes (ACCORD) :
International Action Network on Small Arms :
Campagne de lutte contre la prolifération des armes légères :
International Crisis Group :
Pambazuka News - Conflict and Emergencies :
Comité de Suivi de l’Appel à la paix et à la réconciliation au Tchad :
Global Witness - Resources, Conflict and Corruption :
Réseau européen pour l’Afrique centrale :
Urgence Darfour :


Document(s) :

Les milliards manquants de l’Afrique : Les flux d’armes internationaux et le coût des conflits - Un rapport d’Oxfam, RAIAL et Saferworld - 11 octobre 2007 (PDF - 313.8 ko)



Quinze années de conflit ont coûté 300 milliards de dollars à l’Afrique
Le coût des conflits sur le développement du continent africain a été de l’ordre de 300 milliards de dollars entre 1990 et 2005, selon une nouvelle étude publiée par Oxfam International, le Réseau d’action international sur les armes légères (RAIAL) et Saferworld. Cette somme correspond à l’argent reçu dans le cadre de l’aide internationale sur la même période. [Lire]
Oxfam - 11 octobre 2007


Fifteen years of conflicts have cost Africa around $300bn
The cost of conflict on African development was approximately $300bn between 1990 and 2005, according to new research by Oxfam International, IANSA and Saferworld. This is equal to the amount of money received in international aid during the same period. [Lire]
Oxfam - 11 October 2007


Déclaration du réseau CADTM international sur la situation des conflits en Afrique
A Porto Alegre, en réunion du CADTM International (Mali, Niger, Sénégal, Côte d’Ivoire, Burundi, Burkina Faso, Russie, Argentine, France, Belgique), nous avons discuté des multiples conflits qui secouent le continent africain et avons décidé de marquer le coup par une déclaration qui exprime notre attention indignée face à ces tragédies et notre soutien aux populations qui les subissent de plein fouet. [Lire]
CADTM - 28 janvier 2003






A lire sur le web...

Cote d’Ivoire: bifurquer avant l’abîme - 23 décembre 2010 - Par Colette Braeckman - Au cours des dernières décennies, on ne compte plus les chefs d’Etat africains qui ont pris le pouvoir par la force, se sont ensuite réhabilités par des parodies d’élections ou ont tout simplement bénéficié de l’indulgence ou de l’impuissance de la communauté internationale face à leur pouvoir de fait. Dire cela, et s’étonner de la soudaine unanimité qui se forge autour de Laurent Gbagbo, qui ne bénéficie pas du même traitement que les Deby, Compaoré, Sassou Nguesso, dos Santos et autres Mugabe, des hommes qui ont eu le temps de se racheter une légitimité ou qui ont réussi à s’accrocher au pouvoir, cela ne règle rien : les turpitudes du passé ne justifient pas les fraudes du présent. Ce qui compte aujourd’hui, c’est que le peuple ivoirien, qui a voté dans le calme et la dignité, a droit à la paix et au respect des choix exprimés par son suffrage. A condition que le vote se soit déroulé dans des conditions correctes et que ses conclusions soient incontestables… - Source : Le Carnet de Colette Braeckman
 
Enjeux sécuritaires au Nord du Niger : analyse et perspectives - 17 décembre 2010 - La situation d’insécurité dans laquelle se trouve le nord du Niger depuis plusieurs années est extrêmement préoccupante, tout comme elle l’est dans l’ensemble des Etats riverains du Sahara. Cette situation ne date pas d’aujourd’hui mais elle s’est sensiblement aggravée ces dernières années, notamment avec l’intervention d’acteurs extérieurs, faisant du Sahel un espace extrêmement difficile à sécuriser. Le nord du Niger est devenu le lieu d’intervention privilégié pour les groupes armés ainsi qu’une zone de prédilection pour les trafics en tout genre. C’est également un territoire au sous-sol prolifique, qui attise les convoitises et dans lequel se mêlent intérêts concurrents et influences extérieures. - Source : Alternative
 
Le Burkina Faso, pilier de la « Françafrique » - juin 2010 - Par Bruno Jaffré - Médiateur dans maints conflits africains, le président du Burkina Faso, M. Blaise Compaoré, s’est fait une réputation d’homme de paix. Cette image, confortée par sa montée en puissance au sein de la « Françafrique », semble pourtant usurpée. En effet, le chef de l’Etat burkinabé est impliqué dans la plupart des guerres et des crises régionales des vingt dernières années. Des témoignages récents révèlent le trouble passé de celui qui accéda au pouvoir à la faveur de l’assassinat du leader panafricaniste Thomas Sankara. - Source : Le Monde diplomatique
 
Quelques clés pour démêler la crise kenyane : spoliation, autochtonie et privatisation foncière - 14 janvier 2010 - Par Claire Médard - Au Kenya, comme ailleurs, il n’est pas inhabituel de traduire des injustices ressenties en des termes xénophobes. Concernant la terre, les doléances s’expriment dans le langage de l’autochtonie par des revendications territoriales à caractère ethnique. Ne pas se laisser piéger par les discours permet de prendre la mesure d’injustices réelles. - Source : Cetri
 
Guinée : pour en finir avec le pouvoir militaire - 16 octobre 2009 - La tuerie qui a fait au moins 160 morts parmi les manifestants, le viol de nombreuses femmes et l’arrestation de dirigeants politiques par les forces de sécurité lors d’une manifestation pacifique à Conakry le 28 septembre 2009 ont mis en évidence les dangers que représente le maintien au pouvoir des militaires pour la stabilité de la Guinée et d’une sous-région dont trois Etats fragiles commencent tout juste à se remettre de guerres civiles. La junte, le Conseil national pour la démocratie et le développement (CNDD), nie ses responsabilités pourtant évidentes et tente de gagner du temps en proposant aux partis d’opposition ce qu’elle appelle un « gouvernement d’union nationale ». Mais, alors que dans la rue, la patience vis-à-vis de la junte s’amenuise, l’instabilité risque d’augmenter à moins que les communautés internationale et nationale ne décident d’exercer une pression commune pour forcer la junte à quitter le pouvoir. - Source : International Crisis Group
 
Tchad : sortir du piège pétrolier - 26 août 2009 - Depuis 2003, l’exploitation du pétrole a contribué lourdement à la détérioration de la gouvernance interne au Tchad, menant à une succession de crises politiques et de rébellions. Les retombées financières du pétrole – 53 millions de barils rapportant 1,2 milliards de dollars à l’Etat en 2007 – ont attisé les appétits au sein du régime qui ont, à leur tour, nourri des dissensions et débouché sur des rébellions rapidement soutenues par le voisin soudanais. Les revenus du pétrole ont par ailleurs donné au président Idriss Déby les moyens de rejeter tout dialogue politique véritable, et de répondre aux menaces de renversement venues du Soudan par le surarmement. L’enthousiasme suscité par l’exploitation du pétrole a fait place à un désenchantement généralisé. - Source : International Crisis Group
 
Congo : une stratégie globale pour désarmer les FDLR - 9 juillet 2009 - L’offensive militaire conduite conjointement par la République démocratique du Congo (RDC) et le Rwanda contre les rebelles hutu rwandais s’est conclue sur un bilan mitigé. Quinze ans après le génocide rwandais et leur établissement à l’Est du Congo, ces rebelles n’ont toujours pas été désarmés et restent à l’origine de violences extrêmes perpétrées contre la population civile. L’Est du Congo ne pourra être stabilisé sans que ces rebelles ne soient désarmés et démobilisés. - Source : International Crisis Group
 
Guinea-Bissau: Beyond Rule of the Gun - 6 juillet 2009 - The assassinations of the chief of defence staff, General Batista Tagme Na Wai, on 1 March 2009 and President Joao Bernardo Nino Vieira early the next day have plunged Guinea-Bissau into deep uncertainty. National Assembly Speaker Raimundo Pereira was quickly sworn in as interim president pending the election the constitution requires. That the killings occurred only months after the acclaimed November parliamentary elections, however, indicates that, in current circumstances, the democratic process cannot cope with the rule of the gun, as well as the extent to which the military’s use of force has overwhelmed state institutions. Without outside help to end military involvement in politics and impunity, it may be impossible to halt a slide into further violence. Elites need to stand up to the military, but they require support. - Source : International Crisis Group
 
Côte d'Ivoire : les impératifs de sortie de crise - 2 juillet 2009 - Le 4 mars 2007, les deux principaux protagonistes de la crise ivoirienne signaient l’accord politique de Ouaga­dougou (APO). Ce compromis a, dans un premier temps, apporté un environnement de paix en Côte d’Ivoire. La ligne de démarcation entre les deux protagonistes a été démantelée. Un nouveau gouvernement a été formé et les bases ont été jetées pour apporter une réponse aux deux questions-clés du conflit : l’identité et la citoyenneté ivoiriennes et la légitimité du pouvoir. Mais, plus de deux ans après son adoption, l’APO va mal. Une sortie de crise sera possible uniquement si les engagements pris dans la capitale burkinabé sont enfin suivis d’effets. - Source : International Crisis Group
 
Congo: cinq priorités pour une stratégie durable de construction de la paix - 11 mai 2009 - L’accord négocié entre la République Démocratique du Congo (RDC) et le Rwanda, portant sur un renouveau de la coopération militaire et politique entre les deux pays, est un pas en avant essentiel pour la consolidation de la paix dans la région, mais n’est pas suffisant pour rétablir la stabilité dans les Kivu. - Source : International Crisis Group
 

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9




Accueil | Qui sommes nous ? | Actualité | Dossiers | Pays | Liens
Libération Afrique c/o Cedetim - 21ter, rue Voltaire - 75 011 Paris - France- Tél : +33 (0) 1 43 71 62 12 -
Ce site est réalisé avec PHP, MySQL et SPIP, logiciels libres sous licence GNU/GPL