libération afrique
Solidarité internationale et luttes sociales en Afrique subsaharienne
 

Accueil | Qui sommes nous ? | Actualité | Dossiers | Pays | Liens
 
Enregistrer au format PDF   afficher une version imprimable de cet article



Abonnez-vous à la
lettre d'information
de Libération Afrique




Derniers articles :

How secret payments and a climate of violence helped UK firm open African national park to oil - Global Witness - 4 September 2014
Il faut enquêter sur les attaques visant les détracteurs d’un projet pétrolier - Human Rights Watch - 4 juin 2014
Rapport accablant sur les massacres des adeptes du Ministère de la restauration à partir de l’Afrique noire (MRAN) - Ligue des électeurs - FIDH - 23 mai 2014
Glencore pumped president’s friend with cash as it took over prize Congo mine - Global Witness - 19 May 2014
La décision de la RDC de suspendre l’adoption par le Parlement de la loi sur les hydrocarbures est de bon augure - Global Witness - 24 janvier 2014
La RD Congo refuse de publier un accord pétrolier déficitaire conclu avec une société offshore - Global Witness - 23 janvier 2014
Déni de justice pour les victimes de crimes sexuels - FIDH - 4 décembre 2013
L’impunité du groupe pétrolier PERENCO en RDC - CCFD-Terre solidaire - 21 novembre 2013
Prise de position des ONG sur la cession des parts sociales de la Gécamines dans KCC et la création d’une filiale de la Gécamines à l’Île Maurice - Coalition Publiez Ce Que Vous Payez de la RD Congo - Ligue Congolaise de Lutte Contre la Corruption - LICOCO - Plateforme des Organisations de la société civile intervenant dans le Secteur Minier - POM - 7 novembre 2013
Secretive plans to sell a lucrative Congolese mining asset raise further Congo corruption concerns - Global Witness - 18 October 2013
Six ONG exigent l’installation de la Commission nationale des droits de l’homme - 26 septembre 2013
La loi sur les hydrocarbures devant le parlement de la RD Congo n’est pas en mesure d’arrêter la corruption ou les dommages environnementaux - Global Witness - 9 mai 2013


Voir également :


Droits Humains - Démocratie : En Afrique comme ailleurs, pas de démocratie sans alternance !
Panafricanisme - Union Africaine - Intégration régionale : The struggle continues even at 51 years of the OAU/AU
Migrations - Réfugié(e)s : Communiqué sur la situation des migrants sénégalais au Maroc et en République démocratique du Congo
Afrique Australe : COSATU calls on SADC leaders to act now in defence of democracy in Southern Africa
Travail - Emploi - Syndicalisme : Afrique : insécurité, troubles politiques et conflits armés à l’origine de violations des droits syndicaux
Travail - Emploi - Syndicalisme : Africa: Insecurity, political unrest and armed conflict at the root of trade union rights violations
Multinationales - Pillage des ressources : La France doit faire plus pour une transparence accrue, un meilleur partage des ressources entre entreprises et pays producteurs et un engagement à une gestion responsable des revenus tirés de l’exploitation des ressources naturelles
Afrique Centrale : Appel des femmes pour la paix
Françafrique : De Kolwezi à l’Angola : business et dictature
Afrique Centrale : Des centaines de personnes enlevées en Afrique centrale
Lutte contre l’impunité : Crimes of sexual violence: Overcoming taboos, ending stigmatisation, fighting impunity
Lutte contre l’impunité : Crimes sexuels : Briser le tabou, lutter contre l’impunité
Environnement - lutte contre le changement climatique : Déforestation alarmante, tragique inaction !
Afrique Centrale : La présidence allemande de l’UE peut faire la différence
Afrique Centrale : Déclaration sur les défenseurs des Droits de l’Homme de la région des Grands Lacs


Site(s) web :

Societecivile.cd :
Ligue Congolaise de lutte contre la Corruption :
Congo Mines :
Ligue des électeurs :


Dernier(s) document(s) :

Rapport d’enquête : le rôle de Glencore dans le Partenariat Kamoto Copper Company S.A.R.L (KCC) - - 27 mai 2011 (PDF - 1.7 Mo)
La Chine et le Congo : des amis dans le besoin - Un rapport de Global Witness - 8 mars 2011 (PDF - 2.4 Mo)
Exploitation des ressources naturelles et droits de l’homme en République démocratique du Congo de 1993-2003 - Un rapport de global Witness - 17 décembre 2009 (PDF - 407.3 ko)
Propositions des organisations de la société civile congolaise oeuvrant dans le secteur des ressources naturelles pour la finalisation des renégociations des contrats miniers TFM et KFT - - 14 juillet 2009 (PDF - 543.7 ko)
Les Massacres de Noël : attaques de la LRA contre les civils dans le nord du Congo - Un rapport d’Human Rights Watch - 18 février 2009 (PDF - 1017.3 ko)
« On va vous écraser » : La restriction de l’espace politique en RDC - Par Human Rights Watch - 25 novembre 2008 (PDF - 2.4 Mo)
Recommandations en matière de diligence raisonnable à l’intention des acheteurs et entreprises faisant le commerce de minerais en provenance de l’est de la RDC et de leurs gouvernements - Global Witness - 10 novembre 2008 (PDF - 160.2 ko)
Terrain miné : L’implication de la BEI dans le projet minier de Tenke-Fungurume en RDC - Par les Amis de la Terre - 23 septembre 2008 (PDF - 611.4 ko)

Le CADTM exige l’annulation immédiate de la dette de la République démocratique du Congo et la suppression du Club de Paris

22 octobre 2010
CADTM - http://www.cadtm.org/


Le Club de Paris repousse à 2011 l’examen de la dette bilatérale de la République démocratique du Congo (RDC) car certains créanciers, composant ce groupe informel de 19 riches pays du Nord, ont "des préoccupations sur la gouvernance économique et sur le climat des affaires en RDC", a indiqué Charles Michel, le Ministre belge de la coopération au développement, le 19 octobre dernier. En cause, certaines décisions de l’Etat congolais qui portent préjudice aux intérêts économiques de ces créanciers occidentaux dans le secteur des ressources naturelles.

Cette annonce tombe comme un couperet pour le gouvernement congolais qui espérait un allègement de sa dette envers le Club de Paris, après le feu vert donné par le FMI et la Banque mondiale en juillet dernier. Après avoir cédé aux multiples exigences de ses bailleurs de fonds occidentaux, la RDC avait, en effet, atteint le point d’achèvement de l’initiative PPTE (Pays Pauvres Très Endettés), qui donne droit à des allègements de dette.

Pour le CADTM, ce report n’est pas surprenant. Fin 2009, le Club de Paris avait déjà fait chanter la RDC en s’opposant à un prêt du FMI, suite à la décision des autorités de Kinshasa de résilier le contrat minier KMT (Kingamyambo Musonoi Tailings) conclu avec l’entreprise canadienne First Quantum, dans lequel la Banque mondiale est également actionnaire. Cette nouvelle décision du Club de Paris prouve donc une fois de plus que cette instance illégitime est au service des intérêts des entreprises occidentales implantées dans les pays du Sud, bien loin du développement des populations locales.

C’est pourquoi le CADTM réclame l’annulation immédiate de la dette congolaise ainsi que la suppression du Club de Paris, qui utilise l’arme de la dette et le "climat des affaires" comme conditionnalité pour sauvegarder les intérêts économiques de leur entreprises en RDC, notamment dans le secteur minier face à la Chine. Ce concept fourre-tout de "climat des affaires" est aujourd’hui, de fait, une conditionnalité à part entière qui vise à entraver l’action étatique dans les domaines où les créanciers du Nord ont d’important intérêts économiques. En interdisant à la RDC de revoir les contrats miniers avec les transnationales occidentales, le Club de Paris viole de façon manifeste la souveraineté de l’Etat congolais sur ses ressouces naturelles, prévue à l’article 9 de sa Constitution.

Pour le CADTM :

 - la RDC a intérêt à répudier l’intégralité de sa dette pour s’affranchir de la tutelle des Insititutions financières internationales, d’autant qu’il s’agit d’une dette odieuse, nulle en droit international. En effet, cette dette qui s’élève encore aujourd’hui à près de 3 milliards de dollars est un boulet légué par le dictateur Mobutu avec la complicité du Club de Paris, du FMI et de la Banque mondiale, comme l’a souligné Yvonne Ngoyi (membre du réseau CADTM et de la Marche mondiale des femmes), lors de la clôture de la 3ème action internationale de la Marche Mondiale des Femmes à Bukavu (13-17 octobre 2010). Cette dette doit donc être annulée totalement et sans conditions, selon la doctrine formulée par le juriste Alexander Sack en 1927 [1].

- les pays du Sud ont intérêt à créer un front uni contre le paiement de la dette, à l’instar du Club de Paris qui fait bloc contre les pays débiteurs pris individuellement lors de l’examen de leurs dettes.

- la Belgique doit immédiatement mettre en oeuvre la résolution adoptée par son Sénat le 29 mars 2007 qui demande notamment au gouvernement belge de suspendre immédiatement le remboursement des dettes des pays du Sud et de mettre en place un audit de ces dettes.




Contacts presse :

- Renaud Vivien, juriste au CADTM Belgique

- Victor Nzuzi, NAD Kinshasa (membre du reseau CADTM)

- Damien Millet, porte-parole du CADTM France




[1] Alexander Sack, Les Effets des Transformations des Etats sur leurs dettes publiques et autres obligations financières, 1927 : « Si un pouvoir despotique contracte une dette non pas pour les besoins et dans les intérêts de l’État, mais pour fortifier son régime despotique, pour réprimer la population qui le combat, etc., cette dette est odieuse pour la population de l’Etat entier (…). Cette dette n’est pas obligatoire pour la nation ; c’est une dette de régime, dette personnelle du pouvoir qui l’a contractée, par conséquent elle tombe avec la chute de ce pouvoir. »





Accueil | Qui sommes nous ? | Actualité | Dossiers | Pays | Liens
Libération Afrique c/o Cedetim - 21ter, rue Voltaire - 75 011 Paris - France- Tél : +33 (0) 1 43 71 62 12 -
Ce site est réalisé avec PHP, MySQL et SPIP, logiciels libres sous licence GNU/GPL