libération afrique
Solidarité internationale et luttes sociales en Afrique subsaharienne
 

Accueil | Qui sommes nous ? | Actualité | Dossiers | Pays | Liens
 
Enregistrer au format PDF   afficher une version imprimable de cet article

VIH - SIDA


Fund the Fund - International Campaign to increase funding for the Global Fund to fight Aids, Tuberculosis, and Malaria



Abonnez-vous à la
lettre d'information
de Libération Afrique




Derniers articles :

Visite de M. François Fillon au Cameroun et au Nigeria - 20 mai 2009
Re-mind the gap - 12 mai 2009
Clôture du CA du Fonds mondial sida : la France refuse de contribuer au comblement du trou financier - Act Up-Paris - 6 mai 2009
Sida : de l’autosatisfaction à l’action - 23 avril 2009
Crise financière : Kouchner laisse l’Etat couper les traitements sida promis à l’Afrique - Act Up-Paris - 8 novembre 2008
AucunE responsable politique françaisE à la conférence mondiale contre le sida - Act Up-Paris - 25 juillet 2008
Budget sida en Afrique : Sarkozy va t-il se plier au nihilisme budgétaire de Fillon ? - Act Up-Paris - 2 juillet 2008
Le G8 renoncerait à l’accès universel au traitement d’ici 2010 : une volte-face criminelle - Act Up-Paris - 30 juin 2008
The G8 gives up on universal access to treatment for 2010: a criminal turnaround - Act Up-Paris - 30 June 2008
Bush’s Trip Highlights Flaws in US HIV/AIDS Policy - Human Rights Watch - 14 February 2008
Le sida reste la première cause de mortalité en Afrique - Act Up-Paris - 20 novembre 2007
Eric Woerth veut retirer les traitements à 7 000 malades du sida des pays pauvres - 14 novembre 2007


Voir également :


Afrique du Sud : Honte aux labos
Afrique du Sud : TAC responds to big pharma plan to derail patent law reform in South Africa
Afrique Australe : Reclaiming SADC for People’s Development
Forum social mondial : Le mouvement social africain s’est donné rendez-vous à Kinshasa du 17 au 20 janvier 2013
Lesotho : Britain should retain its direct aid programme says Action for Southern Africa
Sénégal : Appel pour la libération immédiate de 9 hommes jugés sur la base de leur présumée conduite sexuelle
Sénégal : Le président de AIDES Sénégal condamné à 8 ans de prison ferme pour avoir lutté contre le sida !
Cameroun : Sida : les dirigeants « Résistent » et les malades meurent
Cameroun : Sida au Cameroun : combien coûtent nos vies ?
Sénégal : Libération immédiate des prisonniers gays et abolition des lois contre les homosexuel
Zambie : Abuses Against Women Obstruct HIV Treatment
Afrique Australe : Global call to action for the 38th Annual Union World Conference on Lung Health
Ouganda : State Homophobia Threatens Health and Human Rights
Sommets du G8 - G20 : De « nouvelles » annonces pour camoufler l’échec global du sommet
Sommets du G8 - G20 : G8 miss mark as ’new’ announcements disguise overall failure


Site(s) web :

Planet Africa :
Pan-African Treatment Access Movement (PATAM) :
Commission Nord-Sud d’Act Up Paris :
Health Global Access Project (GAP) :
Pambazuka News - Health and HIV/AIDS :
Action for Southern Africa (ACTSA) :
Treatment Action Campaign :


Dernier(s) document(s) :

Women and HIV - Equal Treatment - Newsletter of the Traitment Action Campaign - 10 juin 2006 (PDF - 3.7 Mo)
Debt relief and the HIV/AIDS crisis in Africa - Does the Heavily Indebted Poor Countries (HIPC) Initiative go far enough ? Oxfam Briefing Paper - juin 2002 (PDF - 203.7 ko)

Conférence de reconstitution du Fonds Mondial
Nicolas Sarkozy ment, et met des millions de malades en danger de mort

27 septembre 2007
Act Up-Paris - http://www.actupparis.org/


Jeudi 27 septembre 2007 [1], le ministre de la coopération de Nicolas Sarkozy doit annoncer, au nom du président de la République, que la France va augmenter d’un tiers sa contribution financière au Fonds mondial de lutte contre le sida. C’est un mensonge : la contribution française va en réalité stagner. Nicolas Sarkozy a aussi menti le 8 juin dernier au G8 en affirmant publiquement être « prêt à faire davantage pour le Fonds mondial » [2] et en assurant aux malades être « engagé pour l’accès universel au traitement du sida d’ici 2010 ».

C’est il y a un mois, lors du conseil des ministres du 29 août [3], que Nicolas Sarkozy a arbitré le montant de la contribution française tri-annuelle au Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. Ce jour-là Nicolas Sarkozy a commencé par décider de baisser la part du budget de l’Etat consacrée à l’aide aux pays pauvres en général ; puis, concernant l’aide contre le sida, il a décidé de geler le montant de la contribution française annuelle au Fonds mondial.

Ce gel a été confirmé aux associations de lutte contre le sida le 18 septembre par le ministre de la coopération : c’est seulement 300 millions que la France donnera au Fonds mondial en 2008, 2009 et 2010 - soit exactement le même montant qu’en 2007. C’est 200 fois moins que les 60 milliards de dollars que Nicolas Sarkozy et ses homologues du G8 se sont engagés à mobiliser il y a quatre mois afin d’« atteindre l’objectif de l’accès universel au traitement du sida d’ici 2010 » [4]. La vie de 40 millions de séropositifVEs dépend pourtant de la tenue de cet engagement financier.

Jean-Marie Bockel va ré-annoncer jeudi 27 septembre, dans le cadre de la Conférence de Reconstitution du Fonds mondial à Berlin, le montant de la contribution française.

L’objectif de l’accès universel au traitement sida d’ici 2010, auquel s’est engagé Nicolas Sarkozy en juin au G8 [5], nécessite d’augmenter chaque année d’ici 2010 les financements qui y sont consacrés. La France s’était d’ailleurs engagée en avril 2007, avant que Nicolas Sarkozy ne devienne président, à contribuer avec les autres pays riches à quadrupler entre 2007 et 2010 les ressources totales allouées au Fonds [6]. Depuis son engagements du G8, Nicolas Sarkozy s’est permis de prévoir au budget 2008 plus de 10 milliards d’euros de cadeaux fiscaux, selon Les Echos. Pendant que Nicolas Sarkozy brise ses engagements auprès des malades du sida, George W. Bush tient les siens. Alors que les Etats-Unis sont seulement 6 fois plus riches que la France [7], George W. Bush a annoncé comme contribution 2008 à l’accès universel 9 fois plus que la France (3,6 milliards de dollars) et 15 fois plus pour l’année 2009 (6 milliards) [8].

Act Up-Paris exige :
- que Nicolas Sarkozy reçoive en urgence Act Up-Paris, AIDES, Sidaction et Solidarité Sida, comme nous le lui demandons depuis mai 2007.
- que la France contribue au moins autant que les Etats-Unis en proportion de la richesse nationale, soit au moins 1 milliard de dollars par an dès 2009
 [9].




[1] Le 27 septembre 2007 se tient la « pledging session » de la Conférence de Reconstitution du Fonds mondial, à l’Hotel Intercontinental à Berlin, sous la présidence de Kofi Annan.

[2] Voir les déclarations de Nicolas Sarkozy au G8.

[3] Voir le communiqué publié par Act Up-Paris, AIDES, Sidaction et Solidarité Sida la veille du conseil des ministres du 29 août.

[4] Voir l’annonce par les dirigeants du G8 des 60 milliards de dollars pour la tenue de l’objectif de l’accès universel au traitement sida d’ici 2010 dans leur déclaration du 8 juin 2007 sur l’Afrique, paragraphe 48.

[5] Voir la note n°2 pour le lien vers le site de l’Elysée et l’engagement de Nicolas Sarkozy sur l’accès universel.

[6] Voir l’engagement de la France, et des autres pays membres du Conseil d’Administration du Fonds mondial, pris le 27 avril 2007 , de quadrupler les ressources du Fonds.

[7] Selon l’OCDE le PIB américain est de 13 185 milliards de dollars, contre 2248 pour la France, soit un rapport d’environ 5,8.

[8] Voir les récents engagements financiers de George W. Bush en matière de lutte mondiale contre le sida.

[9] La France doit donner au moins 1/6 de ce que donne les Etats-Unis, puisque c’est là le ratio entre la richesse nationale des deux pays. Comme les Etats-Unis vont donner 6 milliards en 2009, la France doit donner au moins autant cette année-là. George W. Bush quittera la Maison-Blanche en janvier 2010 ; il contrôlera donc les budgets 2008, 2009 et 2010 des Etats-Unis. Bill Clinton et le candidat démocrate John Edwards ont indiqué récemment que les Etats-Unis devraient contribuer davantage encore.





Accueil | Qui sommes nous ? | Actualité | Dossiers | Pays | Liens
Libération Afrique c/o Cedetim - 21ter, rue Voltaire - 75 011 Paris - France- Tél : +33 (0) 1 43 71 62 12 -
Ce site est réalisé avec PHP, MySQL et SPIP, logiciels libres sous licence GNU/GPL